Déménagement de la Maison de la culture de Bourges à Pétaouchnoke : les réactions

Publié le par LerrybéRit

Déménagement de la Maison de la culture de Bourges à Pétaouchnoke : les réactions

L'annonce du déménagement de la maison de la culture à Pétaouchnoke, par LerrybeRit.fr a suscité une avalanche de réactions politiques. En voici un florilège.

Serge Lepeltier, ex maire de Bourges : "Il n'existe que deux choses infinies, l'univers et la bêtise humaine... mais pour l'univers, je n'ai pas de certitude absolue. Les amères leçons du passé doivent être réapprises sans cesse. Et j'ajoute que si les faits ne correspondent pas à la théorie, changez les faits."

Alain Tanton, ex-maires adjoint :  "Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. Ce qui compte ne peut pas toujours être compté, et ce qui peut être compté ne compte pas forcément. Un problème créé ne peut être résolu en réfléchissant de la même manière qu'il a été créé. "

Olivier Atlan, directeur de la Maison de la Culture de Bourges : "La seule chose absolue dans un monde comme le nôtre, c'est l'humour. Il y a des gens qui arrivent à joindre l'inutile au désagréable. Et puis quoi, qu'importe la culture ? Quand il a écrit Hamlet, Molière avait-il lu Rostand ? Non.

Pascal Blanc, maire de Bourges : "Si l'idée n'est pas à priori absurde, elle est sans espoir. La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. Ici, nous avons réuni théorie et pratique : rien ne fonctionne... et personne ne sait pourquoi."

Jean-Pierre Saulnier, président du Conseil général : "La bureaucratie réalise la mort de toute action. Nous aurons le destin que nous aurons mérité. Je ne crois point, au sens philosophique du terme, à la liberté de l'homme. Chacun agit non seulement sous une contrainte extérieure, mais aussi d'après une nécessité intérieure."

Jean-Michel Guérineau : vice-président du Conseil général du Cher : "Ce qui m'intéresse vraiment, c'est de savoir si Dieu avait un quelconque choix en créant le monde. Dieu ne joue pas aux dés."

Irène Félix, vice-présidente socialiste du Conseil général, candidate à la mairie de Bourges : "L'état est notre serviteur et nous n'avons pas à en être les esclaves. Ne va pas contre ta conscience même si l'Etat te le demande."

Philippe Gitton, ex-maire-adjoint à la culture : "C'est la personne humaine, libre et créatrice qui façonne le beau et le sublime, alors que les masses restent entrainées dans une ronde infernale d'imbécillité et d'abrutissement. Rare est le nombre de ceux qui regardent avec leurs propres yeux et qui éprouvent avec leur propre sensibilité."

Les amis de la Maison de la culture de Bourges : La personnalité créatrice doit penser et juger par elle-même car le progrès moral de la société dépend exclusivement de son indépendance. Tout ce qui est vraiment grand et inspiré n'a été réalisé que par des individus travaillant librement.

Merci à Albert Einstein et à Pierre Desproges pour leurs citations....

Commenter cet article

dofus kamas gratuit 14/10/2014 15:35

On en veut plus avec autant d\'humour. Sympa.

D@niel 01/01/2014 13:32

C'est si criant de vérité que j'aurais pu y croire si ce n'étais paru le 1er avril.
2014 commence de manière rafraîchissantes ce qui nous c'est bien utile après les agapes de fin 2013.
On veut d'autres infos détonantes.