7h30 de tournage et 128 prises nécessaires pour réaliser le clip d'A.Tanton et V.Fenoll

Publié le par LerrybéRit

7h30 de tournage et 128 prises nécessaires pour réaliser le clip d'A.Tanton et V.Fenoll

De la sueur et des larmes. Le jardin des Prés-Fichaux avait des airs de fin de marathon, vendredi. Véronique Fenoll (UMP) et Alain Tanton (UDI), candidats respectifs à la mairie de Bourges et à la présidence de l’agglomération, ont réalisé leur clip de campagne. Un plan séquence d’environ 3 minutes durant lequel, un à un, les membres de leur comité de soutien viennent saluer les deux candidats, avant de se réunir pour former une vague de cœurs.


Un « message poétique », disent les pro-FeTon (surnom donné au duo dans les coulisses du conseil général, NDLR). Mais parvenir à ce résultat a demandé bien des sacrifices. Selon une source proche de l’équipe de campagne Véronique Fenoll-Alain Tanton, le tournage a nécessité 128 prises, soit un total de 7h30 d’empoignades, embrassades et mots gentils !

Un ordre précis à respecter

S’il ne confirme pas ces chiffres, Steve, membre de l’équipe de tournage, avoue que réaliser ce clip de 3 minutes a été plus laborieux que prévu : « Il y avait un ordre précis à respecter pour l’apparition de chaque soutien dans le plan. Entre ceux qui rataient leur tour, ceux qui réagissaient trop tard, ceux qui serraient deux fois la main à Alain Tanton ou tapaient trois fois la bise à Véronique Fenoll, il nous a fallu énormément de patience. Énormément. »

Selon plusieurs sources, Alain Tanton et Véronique Fenoll ont eu besoin d’une trentaine de prises avant de se rappeler le prénom de chacune des personnes apparaissant dans la vidéo. Puis, une quarantaine d’autres prises ont été gâchées par des maladresses. Philippe Bensac qui sert la main de Thierry Poisle au lieu de celle d’Alain Tanton, Catherine Pellerin qui fait la bise à un promeneur sans aucun lien avec le tournage, Philippe Gitton en retard car pensant que le clip se déroule au pied de la Cathédrale...

Aux alentours de la 90e prise, le comble. Les 3 minutes sont presque bouclées, parfaites, lorsque Pascal Blanc, candidat UDI à la mairie de Bourges, qui se rendait à un rendez-vous en traversant le jardin des Près-Fichaux, passe devant la caméra. « Il y a eu un malaise, avoue Steve. Pascal Blanc ne voulait pas faire de mal, mais il ne savait pas que la caméra tournait quand il est passé dans le champ. Il s’est excusé, mais il y a eu un flottement pendant une demi-heure. »

A la 128 ème prise

Le temps que les figurants se remettent dans le bain, une vingtaine d’autres séquences sont ratées. Une personne se serait même trompée une fois en appelant Alain Tanton, « Pascal ». « Mais on y est arrivés, souligne Steve. Ça a pris du temps, mais on y est arrivé. » En effet, la 128e prise (chiffre non confirmé par Steve), est la bonne. Pas parfaite, des invités apparaissant dans le champ bien avant leur entrée en scène (début de la vidéo), Véronique Fenoll repoussant un Philippe Gitton placé dans l'axe de la caméra (0'51), Alain Tanton essuyant ce qu'on appelle un vent (1'19), ou encore Philippe Gitton (encore lui) faisant un cœur avec ses mains 20 secondes trop tôt (1'53). Mais l’heure avançant et le coucher du soleil se rapprochant, il est décidé de mettre un terme au tournage, commencé le matin même, peu après 9 heures.

« On était très fatigués. Une demi-heure de plus et on perdait les personnes les plus fragiles, glisse une source préférant rester anonyme. Dès que la phrase « Elle est bonne » a été lâchée, j’ai saisi mon portable pour appeler les pompiers. Les secours se précipitent sur place, prennent en charge les figurants, qui sont tous, aujourd’hui, en bonne santé.

Pascal Lavidéhault

Commenter cet article

anonymous 31/03/2015 17:10

des looser se prenant pour des winners... decadence de la france et zero sens moral, ca resume bien ce duo ringard

BRIFFAUT 04/03/2014 19:11

étant de la partie, je trouve cela désolant de voir tant de mensonges dans cet article, bien entendu cela sent la manoeuvre éléctorale de basse classe . 128 prises, alors qu'on a du en faire 4 ou 5, c'est quand même fort comme tous les mensonges de pascal BLANC comme neige.

connaisseur 07/02/2014 19:02

Le clip a Tanton est a l'image de son mandat, long, mal fichu, ringard et épuisant pour les participants. Classé en tete des clips de campagne les plus ringards par le Figaro...Bravo