Un drone pour la candidate socialiste Irène Félix

Publié le par LerrybéRit

Un drone pour la candidate socialiste Irène Félix

"Au moins, nous allons voir les choses d'un peu plus haut". La candidate socialiste, Irène Félix, n'a pas dit son dernier mot. Pas question de laisser les autres candidats grignoter du terrain pour les élections municipales. Sereine peut-être, mais méfiante toujours. Après le véhicule électrique de Pascal Blanc, et avant que Franck-Thomas Richard, autre candidat de la droite à Bourges ne dévoile son camping-car électoral, Irène Félix annonce à LerrybeRit.fr la prochaine apparition d'un drone aux couleurs de sa campagne. "Il faut prendre de la hauteur, du champ et de la distance par rapport aux thèmes que nous allons évoquer. Vous aurez compris que la Maison de la Culture sera un enjeu majeur de cette campagne. D'où le drone qui donnera des images, en temps réel, de mes différents thèmes de campagne."

Un drôle de drone pour la campagne

L'équipe de la candidate socialiste a discrètement testé le drone, un hélicoptère plutôt silencieux, pendant plusieurs nuits.Les images sont sidérantes. Un accord avec la CNIL (commission nationale informatique et libertés) a été signé pour exploiter les images uniquement dans le cadre de la campagne des municipales. Irène Félix a l'intention de superposer l'actuelle Maison de la Culture de Bourges sur son futur emplacement, place Séraucourt, afin de prouver l'absurdité d'un tel projet.

Mais le drone aura une autre mission, moins officielle : repérer, de haut, dans les rues de Bourges, les défauts d'une urbanisation mal pensée, des problèmes de stationnement, de circulation, d'habitat. Une carte très précise sera alors dressée et servira de base de travail à l'équipe municipale.

"Pendant des années, explique la candidate, cette ville a été pensée horizontalement. Jamais, les concepteurs de tel ou tel projet, ne se sont élevés pour mesurer l'impact de leurs construction. D'autant que si cette action avait du pénétrer les projets, elle n'aurait pu l'être qu'après. Nous, nous proposons une véritable anticipation urbanistique de Bourges."

Le drone fonctionnera en "mission", avec des tâches très précises. Les informations collectées seront traitées, analysées, avec un cabinet d'architecte en cours de recrutement. Les images seront également envoyées à une équipe d'urbanistes et à un sociologue pour une synthèse plus théorique que pratique.

Le meeting sera filmé par le drone

"Les premières images nous ont montré des points noirs insoupçonnables du sol. A tel point qu'à ces endroits de Bourges, personne ne sait qu'il y a un problème, d'où le fait qu'aucune solution n'a pu être trouvée" dit Irène Félix en montrant des clichés du centre-ville. "Non seulement nous allons résoudre les problèmes créés mais en plus, nous allons créer des problèmes à résoudre. Cela montrera bien que l'actuelle majorité, depuis 1995, n'est pas allée au fond des choses."

Irène Félix ne cache pas non plus que ce drone filmera l'immense mobilisation dont elle compte être à l'origine, lors d'un meeting, précédant la semaine du premier tour des élections, sur la place Séraucourt. Un meeting qui mêlera la technologie à l'envie de convaincre les derniers Berruyers septiques.

En attendant, il reste quelques semaines de travail. Le drone a permis, pour l'anecdote, de découvrir, grâce à ses rayons infra-rouges, un problème de couverture sur la mairie de Bourges. "Juste au-dessus du bureau du maire". Souriante, Irène Félix ajoute : "ce sera sans doute le mien... " Les services municipaux ont reçu une note blanche du cabinet du maire. Tout est rentré dans l'ordre. Le drone, quant lui, poursuit son petit bonhomme de chemin. Assurément, une "drone" de campagne électorale à Bourges.

Elly Coptère

"Les premières images nous ont montré des points noirs insoupçonnables du sol. A tel point qu'à ces endroits de Bourges, personne ne sait qu'il y a un problème, d'où le fait qu'aucune solution n'a pu être trouvée" dit Irène Félix en montrant des clichés du centre-ville. "Non seulement nous allons résoudre les problèmes créés mais en plus, nous allons créer des problèmes à résoudre. Cela montrera bien que l'actuelle majorité, depuis 1995, n'est pas allée au fond des choses."

L'équipe de la candidate socialiste a discrètement testé le drone, un hélicoptère plutôt silencieux, pendant plusieurs nuits.Les images sont sidérantes. Un accord avec la Cnil (commission nationale informatique et libertés) a été signé pour exploiter les images uniquement dans le cadre de la campagne des municipales.

Commenter cet article