Un salarié vierzonnais retrouvé 19 ans plus tard, coincé dans les toilettes de son usine

Publié le par LerrybéRit

Un salarié vierzonnais retrouvé 19 ans plus tard, coincé dans les toilettes de son usine

Où était passé Ernesto Striovani ? Cette question, sa famille se la posait depuis ce fameux jour de mars 1995. Ernesto était l'un des derniers salariés de l'entreprise Case de Vierzon qui devait fermer ses portes. Comme tous les matins, il s'est rendu à l'usine, sur sa Mobylette, de la rue du Travail où il habitait jusqu'à la rue Maxime-Gorki, l'adresse de la Case. Deux heures après sa sortie théorique de l'usine, à 17 heures, la femme d'Ernesto, Anita, a commencé de s'inquiéter.

"Je sais que mon mari était dépressif. Il devait fermer l'usine pour ne plus la rouvrir. Lui et plusieurs de ses collègues. Ils sont rentrés chez eux mais Ernesto a disparu. Il n'est jamais rentré. Il ne supportait pas d'être au chomâge. Il avait passé 28 ans de sa vie dans cette entreprise." Pendant toutes ces années, Anita n'a jamais abandonné l'espoir de le revoir ou d'avoir des nouvelles, un jour, prête même à lui pardonner sa fuite en avant? malgré sa terrible absence.

Une extraordinaire découverte

Quand la police a sonné à son domicile, jeudi après-midi 23 janvier, elle s'attendait à ce que son corps ait été retrouvé, quelque part, entre son village d'Andalousie, et Vierzon... Mais, elle ne s'attendait pas à ce que la police lui annonce que son mari, disparu depuis ce jours de mars 1995, a été retrouvé, en vie et transporté à l'hôpital de Vierzon. Ernesto Striovani n'est pas parti de son foyer car il avait perdu son emploi. Mais il est resté enfermé dans les toilettes de l'entreprise tout ce temps.

"J'ai dit à mes collègues, partez devant, je fermerai la porte. Je devais glisser la clef dans une boîte à lettre. Ils sont sortis, je suis allé aux toilettes et pour une raison que j'ignore, imososible de rouvrir la porte. Franchement, je commençais à désespérer" explique Ernesto, sur le brancard de l'ambulance qui le menait à l'hôpital.

C'est parce que des travaux de réhabilitation du site de l'ancienne usine Case ont commencé qu'Ernesto a pu être délvré par les ouvriers. Les toilettes dont la porte était effectivement bloquée devait être détruite dans le cadre des travaux. Mais la porte bloquée a intrigué le chef d'équipe qui a forcé l'ouverture de la porte pour y découvrir Ernesto, heureux qu'on puisse le délivrer enfin.

Amaigri et déshydraté, Esrnesto devra subir des examens médicaux. Son épouse s'est rendue à son chevet, heureuse d'avoir retrouvé son mari après toutes ces années de doute. Ernesto a appris toutefois une bonne nouvelle : il ne sera pas obligé de pointer à Pôle emploi car il est désormais en retraite.

Félipe Garciani

Commenter cet article

bardonnet 25/01/2015 08:02

franchement ils nous vaiment pour des imbéciles des débile ,enfin c est la nouvelle émission la wcréalité.....

gérard marchais 24/01/2015 17:44

inquiétant de voir les 1 éres réactions, comme quoi, sur Internet on peut faire croire n'importe quoi ...
bonne blague que n'aurait pas renié O.Wells, lui qui en 1938 réussi à affoler l'Amérique avec un canular énorme qui voulait faire croire que les martiens avaient débarqué sur la terre ...
On s'étonne que des personnes se fassent encore escroquer pas des mails bidons aux origines crapuleuses ( un héritage à touche, un enfant malade à sauver , etc etc ...)

dupond 28/01/2014 20:21

quand on voit la porte mon gamin de dix ans la defonce

marcus 28/01/2014 00:05

nan mais c'est pas vrai les gens vous avez pas compris ? C'est une blague....

marcus 28/01/2014 00:05

nan mais c'est pas vrai les gens vous avez pas compris ? C'est une blague....

Martine Dumont 27/01/2014 13:13

19 ans dans les WC sans manger...Impossible...

Martine Dumont 27/01/2014 13:10

Coincé dans les toilettes pendant 19 ans sans manger??? Impossible !

valérie 27/01/2014 08:45

comment a t'il pu tenir si longtemps sens manger et boire impossible