A Lignières, un homme aspire sa femme en faisant le ménage dans le salon

Publié le par LerrybéRit

A Lignières, un homme aspire sa femme en faisant le ménage dans le salon

C'est un accident ménager qui aurait pu très mal finir. Bernard T, 56 ans, avait pris une journée de repos, vendredi. Avec son épouse, ils avaient projeté de nettoyer leur maison de fond en combles afin d'accueillir un couple d'amis, pendant le week-end. Bernadette, 55 ans, était chargée du premier étage, notamment de la chambre des invités. Bernard, lui, avait comme tâches, à son programme, de passer l'aspirateur au rez-de-chaussée après avoir épousseté les meubles.

La matinée se déroule sans encombre. Jusqu'au moment où Bernard éteint l'aspirateur et appelle son épouse, en bas de l'escalier afin de savoir si elle désire, comme lui, prendre un petit café. Seulement, Bernard n'obtient aucune réponse. Il recommence avant de grimper à l'étage et de ne trouver, là-haut que des pièces vides.

Aucune trace de Bernadette

Il se dit que son épouse est peut-être sortie, un instant dans le jardin ou au sous-sol et qu'avec le bruit de l'aspirateur, il n'a rien entendu. Il va dans la cuisine, se fait un café et au bout d'un quart d'heure, il ouvre la porte d'entrée, appelle sa femme qu'il n'entend pas et ne voit pas non plus. La panique le saisit. Il fait la tour de la maison, fouille chaque pièce, le sous-sol, regarde dans la rue. Et ne voit aucune trace de Bernadette nulle part.

Ce n'est qu'en rentrant dans le salon que Bernard entend un bruit sourd venant de... l'aspirateur. Il comprend très vite ce qui se passe. Il ouvre alors l'engin ménager, retire la poche et libère son épouse. Sans s'en rendre compte, Bernard avait aspiré sa femme qui était descendue quelques instants dans le salon pour y prendre ses lunettes posées sur le buffet.

Bernard ne l'a ni entendu, ni vu. "Je me souviens avoirt tourné la tête un instant pendant que j'aspirais près du buffet" dit Bernard encore sous le choc. Bernadette est sortie du sac, couverte de poussière. Cinq minutes de plus et l'étouffement était inévitable. Transportée à l'hôpital de saint-Amand, Bernadette a reçu des soins, notamment une mise sous oxygène et son rappel de vaccin anti-tétanos. Bernard de son côté a banni l'aspirateur au profit désormais d'une lingette dépoussiérante et d'un balai adéquat. Bernadette est sortie d'affaire. Une drôle d'affaire... dans le sac.

Raymond Hoover

Ce n'est qu'en rentrant dans le salon que Bernard entend un bruit sourd venant de... l'aspirateur. Il comprend très vite ce qui se passe. Il ouvre alors l'engin ménager, retire la poche et libère son épouse. Sans s'en rendre compte, Bernard avait aspiré sa femme qui était descendue quelques instants dans le salon pour y prendre ses lunettes posées sur le buffet.

Commenter cet article

aspiration centralisée 02/12/2016 16:04

Euh, c'est une histoire de fou !!!!!