Faute d'argent, les TER du Centre tractés par des locos à vapeur

Publié le par LerrybéRit

Faute d'argent, les TER du Centre tractés par des locos à vapeur

Le budget transports de la région Centre est sur la corde raide. Principale cause : le transport ferroviaire est glouton en millions d'euros. Du coup, pour éviter la panne sèche dans ses caisses, la région Centre va devoir faire des économies drastiques. "Le choix est clair : où l'on économise, où l'on augmente les impôts d'une façon importante". Le plan d'investisement prévu sur les cinq ans à venir est pour l'instant suspendu. Aucun achat de nouvelles rames n'est prévue. Et pour économiser l'électricité, autre budget lourd dans le prix du billet de l'usager, la région Centre a décidé de remettre en service d'anciennes locomotives à vapeur.

La région mise sur le tourisme ferroviaire

Un premier essai, confie la région Centre, a été mené discrètement entre Orléans et Bourges, de nuit. Essai concluant, tant au niveau des horaires à respecter que de l'énergie à fournir. "Nous avons négocié un marché public international pour obtenir un charbon de bonne qualité à bas coût" explique-t-on à la région. Les anciens conducteurs de locomotives à vapeur, dont la dernière a été remisée en 1978 dans le Cher, ont été rappelés pour épauler les actuels conducteurs de machines. Des stafes sont prévus ainsi que des sorties sur le terrain.

"Cette mesure allie à la fois une certaine nostalgie à l'économie. D'ailleurs, nous misons sur une fréquentation supplémentaire des trains de la région Centre. la première rame sera mise en service entre Nevers et Oléans, via Bourges et Vierzon. Nous sommes en capacité de capter une clientèle touristique" confie-t-on au bureau du transport de la région Centre à Orléans. L'idée est même de récupérer des wagons-lits pour offrir, le week-end, des formules nocturnes au rythme de la locomotive à vapeur. "Il faut relativiser : il n'y a que la locomotivequi va changer. Les voitures restent les mêmes avec le même confort, saug le chauffage en hiver qui ne fonctionne qu'à l'électricité...."

La région assure que ces mesures seront temporaires et qu'en 2018, tout redeviendra à la normale. Les usagers devront s'habituer à ce que leur parcours soit allongé de cinq à dix minutes. Des billets low cost seront vendus en échange d'un service : l'usager devra couper du bois pour la locomotive ou charger le charbon. Une économie solidaire, cest peut-être ça l'avenir de l'économie ?

Hassan Céhef

Commenter cet article