Par peur d'un cambriolage, un habitant du Saint-Amandois a collé ses meubles au sol

Publié le par LerrybéRit

Par peur d'un cambriolage, un habitant du Saint-Amandois a collé ses meubles au sol

La maison de Didier Ernest, nichée au bout d'un chemin, est entourée d'arbres. Un écran végétal qui impose aux visiteurs, un isolement propice à un cambriolage. Didier habite dans le Saint-Amandois. Par souci de discrétion, nous ne donnerons évidemment pas son adresse. A force de lire que les cambriolages, dans le Cher, ne cessaient d'augmenter, Didier a décidé de prendre le taureau par les cornes.

Il a collé et scellé au sol tous les meubles de sa maison : cuisine, chambres, salon, salle à manger, garage, sous-sol. D'épaisses chaînes, elles-mêmes soudées au sol, retiennent les chaises. Les tabourets de la cuisine ne bougent plus. La cafetière, le grille-pain, le petit électro-ménager, tout est soit collé, soit relié à des chaînes ou à du câble épais. La télévision a subi le même sort ainsi que les tapis de salle de bains.

Tout est collé et scellé

Les assiettes sont collées à la table, le nettoyage se fait sur place, avec une simple éponge. Les verres sont en plastique ainsi que les couverts. L'argenterie est gentiment scellée dans le buffet ainsi que la vaisselle héritée de ses grands-parents. Tout ce qui peut intéresser un cambrioleur est aujourd'hui immobilisé. Didier reconnaît que ce procédé a un avantage, la lutte contre le vol, mais aussi quelques inconvénients auxquels il s'est accommodé, lui et sa famille.

Les bijoux et les objets de valeur sont chaque soir, enfermés dans un coffre-fort, lui-même encastré dans le mur de la chambre et relié à un système d'alarme sonore et électrique. C'est une étrange maison où plus rien ne bouge. Le sens même du mobilier n'existe plus... Chaque placard, chaque tiroir est muni d'un puissant cadenas qui se referme automatiquement dès que les trois serrures de la porte d'entrée, blindée, sont verrouillées.

Pour plus de sécurité, certaines fenêtres ont été condamnées. Didier Ernest peut partir travailler tranquille. Chose étonnante que Didier a gardé pour la fin : à l'aide d'une télécommande, sa maison s'enfonce dans la terre et un énorme couvercle métallique la recouvre. "Les cambrioleurs peuvent venir" sourit-il.

Armand Laglue.

Commenter cet article