Un berruyer parvient à se faire rembourser ses courses avec sa carte Vitale

Publié le par LerrybéRit

Un berruyer parvient à se faire rembourser ses courses avec sa carte Vitale

"Il y a manifestement une faille dans le système" reconnaît un cadre de la caisse primaire d'assurance maladie du Cher. Et une sacrée faille ! Un Berruyer est parvenu à se faire rembourser, pendant un an, par la Sécurité sociale ses courses au supermarché d'un montant de 13.568,76 euros.. Pour un coup d'essai, ce fut donc un coup de maître. Michel D., Berruyer de 47 ans, ne manque pas de ressources. Rencontré par Lerryberit.fr, celui-ci explique avoir eu l'idée à la suite d'une plaisanterie avec une caissière. Le système a effectivement super marché, voire hyper marché...

"En rigolant, au lieu de lui tendre ma carte de fidélité du magasin, je lui ai tendu ma carte vitale..." Du coup, de retour chez lui, une idée germe dans sa tête. Il substitue la carte à puce de la carte de fidélité avec celle de la sa carte Vitale. Et retourne dans un supermarché le lendemain. Il tend la "fausse" carte de fIdélité. Une semaine après, il reçoit sur son compte le montant d'un remboursement partiel de ses courses. Il s'octroie même le culot d'envoyer le relevé de la Sécu à sa mutuelle qui paye le reste...

Une anomalie est découverte

Comment une telle arnaque est possible ? "Je ne sais pas" dit Michel D. qui a largement abusé du système. Pendant un an, ni vu ni connu, il écume les supermarchés du département et présente à chaque fois, une carte de fidélité différente, truquée bien sûr. Et ça passe à chaque mois. Sauf qu'au terme d'un contrôle, la Sécurité sociale qui possède des logiciels pour relever des anomalies en cerne une, sur le compte Améli de Michel D. cette abondance de remboursements n'est pas normale. D'autant que l'homme travaille, il ne fait l'objet d'aucun arrêt maladie.

La supercherie est découverte et les cadres nationaux de la Sécurité sociale tombent de haut. Une alerte circule chez les responsables informatiques et tout se met en marche pour vérifier si d'autres petits malins n'ont pas une idée aussi tordue que celle de Michel D. Convoqué dans les locaux du commissariat, Michel avoue sans problème son arnaque. A la question, pourquoi avez-vous continué ? Michel répond naturellement ; "tant que je gagne, je joue".

Edouard Mousquetaires.

Commenter cet article