Un chat lance son maître contre un mur, une émotion considérable s'empare des réseaux sociaux

Publié le par LerrybéRit

Un chat lance son maître contre un mur, une émotion considérable s'empare des réseaux sociaux

L'émotion est palpable sur Facebook. Des milliers et des milliers de messages de soutiens déferlent après la mise en ligne et la censure immédiate d'une vidéo montrant un chat, César, qui maltraite son maître, Edouard, un homme de 26 ans, en le lançant notamment contre un mur. La scène s'est déroulée dans une zone pavillonnaire tranquille, à proximité de Bourges.

D'après les images que Lerryberit.fr a pu consulter, on voit nettement un chat de gouttière, âgé d'environ 7 ans, qui s'en prend violemment à son maître et pour finir, le projette contre le mur d'une maison en le laissant lourdement retomber. Très vite, la vidéo circule via les réseaux sociaux. Très vite encore, Facebook s'enflamme. Une page spéciale est créée pour retrouver l'auteur de cette scène de maltraitance et mettre la main sur l'auteur de ces images, sans doute le chien de la maison.

L'information dépasse alors le cadre des réseaux sociaux et face à cette mobilisation sans précédent, une enquête est ouverte pour retrouver le chat sans scrupule et le chien qui n'en possède pas moins. Le maître, quant à lui, souffre d'une facture à la jambe droite et de nombreuses griffures dans le dos. La victime est traumatisée, c'est sûr, mais ses jours ne sont pas en danger.

Le chat interpellé sans problème

Quelques heures après la mise en ligne de la vidéo, la justice, sur commission rogatoire, demande à l'opérateur de retirer le film de ses flux. La justice s'est également saisie de la vidéo. Mais cela ne l'empêche pas d'avoir été vue plus d'un million de fois. L'enquête est vite bouclée. Non seulement les enquêteurs parviennent, grâce à des profilers animaliers, de situer avec exactitude la scène de torture, ce qui enclenche une intervention rapide des forces de l'ordre. Mais en plus, le chat est retrouvé à plusieurs kilomètres du domicile.

Il avait sur lui de faux papiers et une épaisse liasse de billets de 20 euros. Interpellé sans problème, l'animal est passé aux aveux. Il évoque une dispute avec son maître et un différent sur la marque des croquettes. Le chien, Pilou, qui a filmé la scène est interpellé également et confronté au chat. Ce dernier comparaîtra devant le tribunal correctionnel pour « actes de cruauté envers un être humain domestique ou apprivoisé » et risque jusqu’à deux ans de prison et 30 000 euros d’amende. Le chien comparaîtra pour diffusion illégale d'actes de maltraitance touchant un être humain. La Société protectrice des hommes, la SPH, a décidé d'être partie civile dans cette affaire afin de demander des dommages et intérêts qui seront reversés directement à la Fondation des maîtres victimes de leurs animaux.

Brigitte Cageot

L'information dépasse alors le cadre des réseaux sociaux et face à cette mobilisation sans précédent, une enquête est ouverte pour retrouver le chat sans scrupule et le chien qui n'en possède pas moins. Le maître, quant à lui, souffre d'une facture à la jambe droite et de nombreuses griffures dans le dos. La victime est traumatisée, c'est sûr, mais ses jours ne sont pas en danger.

Commenter cet article