Serge Lepeltier avoue avoir choisi de soutenir Pascal Blanc après un pari perdu

Publié le par LerrybéRit

Serge Lepeltier avoue avoir choisi de soutenir Pascal Blanc  après un pari perdu

Serge Lepeltier déballe tout. Selon un sondage sur le premier tour de l’élection municipale à Bourges, Pascal Blanc (UDI), candidat choisi par Serge Lepeltier, maire sortant ne se représentant pas, n’obtiendrait qu’une piteuse 4e place avec un score de 17%. Même Véronique Fenoll (UMP), est devant, deuxième derrière Irène Félix (PS), avec 20% des voix.

Un échec qui pousse le maire sortant à sortir de son silence. Conscient qu’il a lui-même précipité sa majorité dans un puits sans fond, il a décidé de se livrer à LerrybeRit, pour s’excuser auprès de la droite. Et expliquer que toutes ses mauvaises décisions prises durant ces douze dernier mois sont le résultat… d’un chifoumi perdu face à Irène Félix.

« Tout s’est déroulé lors d’une soirée trop arrosée, après un conseil municipal, début 2013, explique le maire sortant. J’hésitais à me représenter, je voulais me changer les idées en buvant quelques verres, lorsque Irène Félix (tête de liste PS) et moi nous sommes lancés dans une partie de chifoumi. Mais j’ai tout perdu… »

Perdu une première fois

Les faits relatés par Serge Lepeltier en surprendront plus d’un. « J’ai d’abord parié sur le fait de me représenter. Si je gagnais, je briguais un nouveau mandat. Mais j’ai perdu une première fois. » Irène Félix propose les ciseaux, Serge Lepeltier, la feuille. Le maire sortant perd son premier pari, mais ne s’arrête pas là. « Nous avons continué, et c’est allé beaucoup trop loin. » Deuxième tour, Irène Félix met le maire sortant au défi de « foutre le bordel à droite pour les municipales ». Serge Lepeltier prend le risque. Il lance les ciseaux, mais la candidate PS l’emporte avec la pierre. Nouvel échec pour l’ancien ministre de l’Ecologie. « C’est pour cela que j’ai désavoué mon premier adjoint, Alain Tanton, qui était mon successeur désigné, continue Serge Lepeltier. Je savais que cela créerait une scission dans l’équipe municipale. »


Le jeu continue, et Irène Félix va adopter une stratégie fatale à la droite. « Irène m’a dit : « Dernier chifoumi… si vous perdez, vous choisissez Pascal Blanc comme candidat UDI à la mairie. J’ai eu des sueurs froides, commente le maire sortant. Pascal Blanc n’a aucune chance d’être élu, la seule chose qu’il sait sur Bourges, c’est le nombre de chaussées qui ont été refaites ces cinq dernières années… Le soutenir revenait à perdre d’emblée la municipale… Mais j’ai ma fierté, et j’ai choisi de jouer, par principe. Serge Lepeltier sort la pierre… mais Irène Félix réplique avec la feuille. Le maire sortant perd à nouveau, c’est fini. « J’ai su, à ce moment-là, que tout était perdu. Je ne me représentais pas, je semais la zizanie dans ma propre équipe, et je soutenais Pascal Blanc, le membre de mon équipe qui a le moins de chances d’être élu. Mais c’est le jeu, c’est comme ça. Et un peu l’alcool, aussi. »


Aujourd’hui, le mal est fait pour la droite. « J’adresse mes plus sincères excuses à mes amis de l’UDI et de l’UMP. Je ne sais pas ce qui m’a pris, c’est impardonnable. » À moins de dix jours du premier tour de la municipale, il y a peu de chances que Serge Lepeltier trouve du réconfort parmi ses amis et soutiens. Contactée par notre rédaction, Irène Félix « ne souhaite pas commenter ce chifoumi avec le maire sortant, qui relève de la sphère privée ».

Raymond Lipsos

Commenter cet article