Valéry Giscard d'Estaing, l'ancien président de la République, se faisait passer pour son frère Olivier à Vierzon

Publié le par LerrybéRit

Valéry Giscard d'Estaing, l'ancien président de la République, se faisait passer pour son frère Olivier à Vierzon

Valéry Giscard d'Estaing, l'ancien président de la République, se faisait passer pour son frère. L'Ex a profité de l'absence d'Olivier Giscard d'Estaing, parti une année entière dans un monastère bouddhiste en Amérique latine, pour prendre sa place et tromper, sans le moindre problème, tout l'entourage d'Olivier. L'ancien président e la République, prit le doigt dans le pot de confiture, a avoué avoir monté ce stratagème, "par ennui" car, a-t-il ajouté aux enquêteurs, "la vie d'ancien président est parfois monotone".

Parmi ces faits d'arme, Valéry Giscard d'Estaing a réussi, au nom de son frère Olivier, à rejoindre une liste de droite aux élections municipales de Vierzon dans le Cher. Ainsi, a-t-il fait croire aux trente-quatre autres colistiers, qu'il allait chasser les élus communistes de cette ville. Sa déclaration, au soir de la présentation de la liste sur laquelle Valéry Giscard d'Estaing s'est inscrit au nom de son frère, a même été reprise, via une dépêche de l'Agence france presse, dans de nombreux médias.

Ainsi, l'ancien président de la République quittait régulièrement son Puy-de-Dôme pour venir s'installer quelques jours, tout au plus, dans la demeure familiale d'Olivier, située à Vierzon, sur les hauteurs d'un quartier prénommé Chaillot. Dans la peau de son frangin, l'Ex a même fait croire que, grâce à son carnet d'adresses, il pourrait faire venir des entreprises à Vierzon, si sa liste était élue. "J'ai vu que ça marchait super bien alors j'ai continué. Et une fois pris dans l'engrenage, je n'ai pas pu reculer". Tout a été découvert lorsqu'Olivier, revenu de sa retraite bouddhiste, en début de semaine, a découvert, stupéfait, les nombreux artivles de presse, tracts de campagne et ses déclarations qu'il n'a jamais faite.

Un musée Lady Di à Vierzon

C'est dans un brouillon de profession de foi, qu'Olivier a découvert d'où venait la supercherie car il était question de créer, à Vierzon, un musée dédié à la princesse Diana, avec, la reconstitution du pont de l'Alma, l'exposition du carosse royal et une inauguration en grande pompe avec la reine d'Angleterre. Dans une lettre manuscrite, l'ancien président de la République avait même imaginé léguer le château de son frère à une oeuvre caritative de Vierzon.

Dans l'impossibilité de joindre Valéry Giscard d'Estaing qui fait dire qu'il est parti en voyage pour six mois, Olivier a donné une conférence de presse dans laquelle, il explique, que pour rendre service, il restera sur la liste de Vierzon pour ne pas la mettre dans les difficultés. Il espère que les colistiers comprendront son désir de ne pas être élu et de n'assumer aucune responsabilité politique.

Le 1er avril, Olivier Giscard d'Estaing s'envolera pour trois mois à New York pour une série de conférences sur le thème de la famille. "La difficulté d'être un frère de l'ombre", "Comment vivre avec un nom connu", "si ce n'est donc toi c'est donc ton frère", "mon frère, ce président de la République" seront les quelques thèmes développés pendant ce cycle de conférences. Olivier a même prévu un code se cret avec son proche entourage et ses gensde maison afin que la supercherie ne se reproduise plus.

Alex Térieur

Commenter cet article

Sandrine 19/03/2014 22:17

Trop marrant et j'imagine que certains risquent d'y croire :-))