Quatre blessés après une tempête dans un verre d'eau sur le comptoir d'un café berruyer

Publié le par LerrybéRit

Quatre blessés après une tempête dans un verre d'eau sur le comptoir d'un café berruyer

Le bilan aurait pu être beaucoup plus lourd : mardi après-midi, vers 16 heures, sur le comptoir d'un café berruyer, en centre-ville, une bande de copains se retrouve autour d'un verre. L'un d'eux commande un café serré avec un verre d'eau. Jusque là tout va bien, l'ambiance est bon enfant. Le café est bondé en ce mardi après-midi, il faut dire que les températures hivernales n'incitent pas à occuper la terrasse, sauf les fumeurs. Pour une raison indéterminée, une tempête se met à souffler dans le verre d'eau.

Des clients choqués et blessés

Très vite, les consommateurs accoudés au comptoir, sont touchés. Deux d'entre eux sont terrassés par le souffle, un troisième parvient à s'aggriper au comptoir tandis qu'une jeune fille se prend une vague dans l'oeil. Plusieurs autres personnes sont atteintes par le choc, d'une extrême violence. La glace derrière le comptoir est pulvérisée tandis que de nombreuses bouteilles et verres sont brisés.

"Je n'ai pas compris ce qui se passait", explique le patron, Yohan, un solide breton pourtant habitué au gros temps et venu habiter Bourges par amour. "Les jeunes discutaient calmement, tout se déroulait sans heurt lorsqu'il y a eu cette tempête dans un verre d'eau. Et là, j'ai cru que c'était la fin." De nombreux véhicules de secours ont convergé vers le lieu de l'incident.

Une dizaine de personnes ont été prises en charge, plus choquées que blessées. Quatre autres, directement atteintes par la tempête dans le verre d'eau sont toujours hospitalisées. Leurs jours ne sont pas en danger. Elles devraient sortir au plus tard jeudi, nous confirme la communauté médicale.

Le café reste fermé le temps d'exécuter les travaux de réparation. Yohan, le patron, n'en revenait toujours pas. "C'est fou ce que l'eau peut être parfois violente, il faudra à l'avenir que je me méfie."

Jack Daniel's

Commenter cet article