A Bourges, une affiche électorale mord violemment un passant au bras gauche

Publié le par LerrybéRit

A Bourges, une affiche électorale mord violemment un passant au bras gauche

Un drame épouvantable s'est produit à proximité d'un futur bureau de vote de la rue du Bouillet, à Bourges. Un homme, âgé d'une quarantaine d'années qui se promenait tranquillement sur un trottoir est passé devant les panneaux électoraux sur lesquels sont collées les affiches des candidats aux élections départementales.

David R. s'approche alors d'une des affiches qui, rappelons-le, sont des binômes homme-femme, pour lire une ligne écrite en trop petit pour sa vue déficiente (il est myope), lorsque l'affiche a violemment mordu David au bras gauche.

Un témoin raconte avoir entendu crier, derrière lui. "Quand je me suis retourné, j'ai découvert un homme avec une plaie importante au bras gauche". La violence de la douleur et l'importance de la blessure ont fait perdre connaissance à la victime qui est tombée lourdement sur le trottoir. Mais heureusement secouru très vite.

Une morsure très grave

Un autre témoin qui possède son brevet de secouriste a prodigué les premiers soins pendant qu'une autre personne alertait les secours. David R. transporté dans un premier temps à l'hôpital de Bourges a dû être évacué par hélicoptère à l'hôpital de Tours pour une opération chirurgicale compliquée destinée à remettre le bras gauche en état..

D'après les premiers éléments de l'enquête confiée à une brigade spécialisée dans la délinquance électorale, l'homme se serait approché beaucoup trop près d'une affiche. "Il est vrai qu'en ces temps de tension électorale, les affiches sont sur les dents" nous ont confié les enquêteurs, sous le sceau du secret. La fourrière électorale est intervenue pour emmener toutes les affiches au chenil. "Tant que l'une d'elle ne s'est pas dénoncée, nous retiendrons toutes les autres" explique le gardien de la fourrière. "Mais j'ai ma petite idée, car une affiche électorale qui mord un homme au bras gauche, hein... c'est signé !"

Hélène Purmohair

Commenter cet article