L'Edito d'Edouard de Balle : plus on vieillit moins vite, moins on meurt plus jeune

Publié par LerrybéRit

Il faut se rendre à l'évidence : plus le temps passe et moins il nous en reste. D'évidence, les centenaires, de plus en plus nombreux, sont les êtres humains qui ont réussi à capitaliser le plus de temps. Des chercheurs ont prouvé que plus on vieillit moins vite, moins on meurt plus jeune. Rien à voir avec les gênes, ou une hygiène de vie stricte basée sur une alimentation saine ou sans stress. Les chercheurs ont mis en évidence que les centenaires sont plus radins que la moyenne mondiale. En clair, ils n'ont jamais gaspillé leur temps à ne rien faire. Ils n'ont jamais perdu de temps non plus. Il faut préciser que les centenaires d'aujourd'hui ont vécu l'âge d'or de la non-attente. C'est pour cette raison que non contraints d'attendre par exemple un métro, un train, d'attendre plus que de raisons aux feux rouges ou dans les embouteillages, les centenaires d'aujourd'hui ont eu le temps de récupérer tout ce temps pour le garder pour plus tard. Et la radinerie alors ? Plus le temps est compté, et moins justement, les centenaires ne l'ont gaspillé. Les anciens ont su, avec raison, mettre du temps de côté pour vivre plus vieux. Les chercheurs qui ont mis à jour cette étonnante découverte, maintiennent, dans leurs conclusions, que les centenaires n'ont rien à voir avec une espéréance de vie plus longue. Chacun d'entre nous peut espérer vivre longtemps à condition de ne pas perdre son temps inutilement. Le problème, c'est que l'époque dans laquelle nous vivons, grignote le peu de temps que l'on a. C'est pourquoi les chercheurs préconisent une solution : mettre de côté le peu de temps que nous avons pour justement en avoir plus quand nous n'aurons plus rien à faire. Comme le temps c'est de l'argent, il est même possible de transformer son épargne en temps supplémentaire. Seulement voilà, comme le souligne avec justesse, le philosophe Michel Onfray : veut-on vivre plus longtemps pauvre ou moins longtemps riche ? Vu le temps perdu à écrire cet édito, je viens d'amputer ma vie d'un quart d'heure. C'est beaucoup plus de temps perdu passé à écrire que vous n'aurez perdu de temps à me lire.